Menu

Motion de défense des Associations Educatives Complémentaires de l’Enseignement Public

Texte de la motion qui sera proposée aux membres élus du Conseil d'Administration de l'Amicale Laïque de Ch-Th lors du Conseil du mois de janvier et qui, en cas d'adoption, sera ensuite envoyée à M. le préfet.

Les Associations Educatives Complémentaires de l’Enseignement Public, agréées par le Ministère de l’Education nationale, oeuvrent, sur tous les territoires, au plus près des citoyens, aux côtés des enseignants, des parents, des élus, dans le champ scolaire et périscolaire, dans la logique du développement et du rayonnement de l’Ecole publique. Elles en défendent les valeurs et visent à promouvoir le service public d’éducation dont elles sont des partenaires importants, comme le sont également le plus souvent les associations locales qui leur sont affiliées.

Elles viennent d’être informées, en date du 6 octobre dernier, que le Ministre de l’Education nationale avait décidé unilatéralement, sans le moindre délai de prévenance, sans concertation préalable, de supprimer 25 % du financement des actions conventionnées par le Ministère au titre de l’exercice civil 2008, soit avec effet rétroactif. Cette décision est en contradiction avec l’engagement financier, sans réserve, notifié à ces mêmes Associations, par le même Ministre, en début d’année 2008.

Elles viennent également d’être informées, et toujours en date du 6 octobre, que le Ministre de l’Education nationale avait décidé de ne pas reconduire, dès le 1er septembre 2009, l’aide qu’il apportait aux centaines d’emplois d’enseignants détachés, répartis sur tous les territoires, pourtant indispensables à la conduite des activités de terrain des Associations concernées, ce qui représentera une réduction globale de près de 70 % des financements concernés ! Ces annonces sont en totale contradiction avec les propos récents, tant du Ministre de l’Education nationale, que du Président de la République, sur l’apport irremplaçable des actions de ces Associations. Ces choix s’inscrivent dans une démarche politique surprenante, celle de programmer la disparition des mouvements d’Education populaire, ciment de citoyenneté et du « vivre ensemble » dans une République solidaire, en particulier dans les territoires sensibles, au plus près de ceux qui en ont le plus besoin.

Par ces décisions, des millions d’enfants et de jeunes scolarisés seront privés de l’action éducative des Associations agréées partenaires de l’Ecole, et à terme, de leurs réseaux. Des dizaines de milliers d’enseignants et autres professionnels de l’Education, les Parents, les Elus, se verront également privés du concours des associations éducatives complémentaires de l’Enseignement public.

Le Conseil d’Administration de l’Association (nom-adresse) ………………………………………………. ………………………………………………………...……………………………...……..…………..……… réuni le ……………………………….

- réaffirme l’importance des actions des Associations Educatives Complémentaires de l’Enseignement Public (CEMEA - Centres d’Entrainement aux Méthodes d’Education Active, Eclaireuses et Eclaireurs de France, FOEVEN - Fédération des OEuvres Educatives et de Vacances de l’Education Nationale, JPA - Jeunesse au Plein Air, Francas, Ligue de l’enseignement, OCCE - Office Central de Coopération à l’Ecole, PEP - Fédération Générale des Pupilles de l’Enseignement Public).

- demande, par le retrait de ces mesures, le maintien des aides qui leur sont apportées par le Ministère de l’Education Nationale.

Noms et signatures des membres du Conseil :

Ajouter un commentaire

Les commentaires peuvent être formatés en utilisant une syntaxe wiki simplifiée.

Fil des commentaires de ce billet